Interviews  / Stories

Biographie: Photographer Jihel Jean (Belgium)

 

Cela fait plus de 30 ans que le virus de la photo m’a atteint. C’est dans un photo-club que j’ai fait mon apprentissage. J’ai touché à tous les domaines  notamment le paysage, le graphisme, le reportage… mais très vite je me suis tourné vers la photo de modèles. Etant enseignant dans l’enseignement secondaire, la photographie était d’abord un hobby qui me permettait de décompresser et d’échapper au stress de la profession.

 

Au départ je m’exprimais essentiellement en argentique Noir et blanc avec évidemment tout le travail de labo (développement et impression)  qui me permettait d’être maître du résultat de mon travail de A à Z. J’utilisais le plus souvent le film infrared Kodak (infrarouge) qui par son grain particulier donnait un rendu très pictural à mes nus ou portraits.

 

Evolution technologique oblige, je suis passé à la photo numérique il y a une dizaine d’années. En même temps avec  l’arrivée d’Internet et des réseaux sociaux (Facebook notamment), de nombreux contacts vont se nouer avec des modèles belges ou français  et les demandes de shooting vont affluer. Par ma participation à de nombreux salons internationaux de photographie, j’obtiendrai de la Fédération Internationale d’Art Photographique (FIAP) les distinctions A.Fiap puis E.Fiap et mes photos seront souvent médaillées ou primées, et imprimées dans les catalogues de ces manifestations.

 

Assez classique dans mes goûts, le studio avec sa recherche de la lumière  a ma prédilection et essentiellement pour le portrait et le nu mais j’aime aussi travailler en extérieur lorsque les conditions météorologiques le permettent . Comme je ne travaille qu’en collaboration, tous mes modèles sont amateurs et j’aime m’entourer de maquilleuses ou coiffeuses qui travaillent de la même manière. Chaque séance est le partage d’une équipe qui a pour seule ambition de passer un bon moment avec un résultat qui soit le meilleur possible mais l’humain et l’esprit de rencontre reste l’objectif premier. Je dis toujours que nos soit disant chefs-d’œuvre  ne passeront pas à la postérité mais les bons moments partagés personne ne pourra nous les voler. Chaque séance est un minimum préparée mais beaucoup de place est laissée à l’improvisation et à la spontanéité. Je  privilégie toujours les expressions qu’un modèle peut me donner à sa plastique.

 

N’étant plus tout jeune, votre magazine me permet de rénover mes idées et d’envisager des approches plus contemporaines sans renier ce que je fais. Quel plaisir que de voir de nouvelles approches, des photographes talentueux et des photos ou modèles qui font rêver !

 

https://www.facebook.com/jihel.jean