Parlez moi de vous :

Il est toujours difficile de parler de soi. C'est un exercice que je redoute beaucoup.

Je pense que cela vient remonte à mon enfance, l'école a été pour moi une période difficile durant laquelle je me suis senti souvent à l'écart.

J'ai toujours eu peur de l’échec, c'est peut-être quelque chose de très français mais j'ai du mal à m'en servir pour rebondir et en tirer des leçons.

Bref, la photographie a été pour moi une thérapie. J'y attache une grande importance, l'image est mon quotidien, je vis à travers elle, comme un prétexte pour aller vers les autres. Elle me permet de voyager, d'aller à la rencontre de différentes personnes... Il n'est parfois pas nécessaire de faire des kilomètres, il m'arrive de trouver l'inspiration en-bas de chez moi. 

La photographie est en quelque sorte mon laboratoire privé dans lequel je découvre la vie, les gens... il me permet de les modeler à mon image.

 

Comment et quand avez-vous commencé la photographie?

La naissance de ma fille Clara en 2010 m'a ouvert les yeux sur la nécessité de transmission que je devrais avoir dans le futur. un enfant nous apprend beaucoup sur nous, sur les autres et aussi sur la vie que l'on mène. A cette époque, j'étais militaire, je travaillais dans l'armée française, dans la logistique aéronautique. C'était un métier passionnant qui m'a apporté beaucoup pendant 10 ans.

C'est donc à ce moment là que j'ai ressenti le besoin de me procurer un appareil photo pour immortaliser les 1ers instants de la vie de ce jolie bébé que ma compagne m'avait donné.

Insatisfait de ce que je réalisais en photographie, j'ai délaissé cet appareil pendant pratiquement 3 ans. Jusqu'au jour où je me suis bougé et me suis dit que pour y arriver je devais redoubler d'efforts, faire des sacrifices et qu'avec du temps et de la persévérance j'allais arriver à devenir un parfait artisan.

Chaque jour est donc une nouvelle occasion pour moi de réaliser des photographies.

 

Quel est votre but?

Je n’ai pas vraiment de but a atteindre, pour le moment je ne vie pas de la photographie, je dirai qu’elle vie avec moi. je ne pourrai plus m’en passer, et je crois qu’au dernier jours de ma vie, je ne cesserai de photographier les gens qui m’entourent.

Je n’ai pas envi de laisser derrière moi une trace de mon passage, je ne travaille d’ailleurs pas pour la postérité, mais si jamais un jours j’arrive à toucher quelqu’un par une de mes photographie, je crois qu’au fond de moi j’aurai accomplis quelque chose.

 

Qu'est ce que la photographie signifie pour vous?

Je ne saurais pas réellement répondre à cette question, c'est un élément qui fait parti de moi, comme une main appartient à un bras.

Je vis photographie, je mange et dort photographie, je rêves d'images. Au final, je ne vis que pour ma famille et l'image.

 

Où pensez-vous que votre travail à d'autres distinctions ?

En éternel insatisfait, je trouve que mon travail n'est pas bon, pas assez aboutit. Je rêve de faire comme Demarchelier et Mondiono ou encore comme Formento & Formento, utiliser l'image pour exprimer un état d’esprit. comme un musicien qui fait ces gammes, je suis dans une phase de construction, j'apprends les techniques pour enfin profiter à fond.

 

Où trouvez-vous votre inspiration?

A mon sens, l'inspiration ne proviens pas uniquement d'autres photographies. Je dirait que le monde m’inspire. Un clip à la télévision, un film, un magasine, un dessin, un couple d'amoureux, un enfant, ma ville... mon environnement est une source d'inspiration.

En quelque sorte, la vie est comme une douce mélodie à mon oreille, elle pénètre mon esprit et y laisse sont emprunte. Je crois que j'ai envie de toucher les gens autant que je le peux, pas pour rester dans les mémoires, mais si je peux créer de l'émotion chez ne serait-ce qu'une personne, je suis satisfait.

 

J'avoue que je suis très attaché et touché par des photographes tels que Helmut Newton, qui est avant-gardiste et par sa vision de la femme. Aujourd'hui encore je trouve ses images percutantes et tellement vraies. Patrick Demarchelier et ses images d'une douceur telle et pourtant si fortes, en passant par Peter Lindberg ou encore Anne Geddes et son travail autour de bébé. Enfin, Emily Soto par son approche de la photographie contemporaine dans une ambiance vintage. Actuellement, je vous une certaine fascination pour Erwin Olaf et son travail sans concession, Peter Coulson dans sa manière de travailler le noir et blanc et enfin Le Turk qui hante mes pensées...

 

Pensez-vous à l'avance à ce que vous voulez dans l'image?

Je ne fais pas parti de ces photographes qui imaginent à l'avance leur image. J'arrive à mon image finale en faisant des tests et en y passant du temps.

Je procède toujours de la même façon, je m'inspire de ce que je vois et ce que je vis. Si une image me plait, je me dis " tiens, cette image me fais penser à cela, pourquoi ne pas tenter, moi aussi de créer quelque chose ? ".

Démarrent ensuite les recherches de lieux et modèles.

 

Modifiez-vous vos photos?

Les retouches font parti de mon travail photographique.

J'utilise le logiciel Capture One pour modifier mes photographies en terme de lumière et de chromie. J'utilise également Photoshop pour éventuellement effectuer une retouche beauté. 

Mais pour moi, l'essentiel des retouches se font sur la couleur. On peut instaurer une ambiance particulière grâce à la couleur. J'aime parfois casser les codes de mes photographies par un travail sur le noir et blanc très contrasté et dur.

 

Dans quel environnement préférez-vous travailler ? Extérieur ou studio :

Il est difficile de faire un choix. En studio, nous avons la possibilité de mettre en place une lumière selon nos choix. une fois installée, elle ne change plus, nous avons donc du temps pour faire la bonne photo. La photographie, par le manque de détails sur l'environnement ou le décors, est de plus, centrée sur le modèle et l'attitude qu'elle souhaite dégager.

Dans la cas d'un shooting en extérieur, la difficulté principale est sur la lumière. Il faut bien choisir l'heure de la journée afin de donner une dimension particulière à l'image. L'environnement et le décor sont aussi importants, dans ce cas le modèle n'est plus l'unique sujet de la photo. 

 

Qu'est ce que parler pour les endroits ou vous les sujets le plus?

Les choix du modèle et du lieu sont aussi importants l'un que l'autre. Cela dit, j'accorderais toutefois plus d'importance au modèle qu'au lieu.

Si en regardant mes photo à l'issu du shooting, je me rends compte que mon modèle n'est pas le point d'attention principal, je me sens frustré. J'ai ainsi l'impression d'être passé à coté.

L'expression de mon modèle est primordiale. Je ne choisi pas mes modèles en fonction de leur apparence physique mais de leur expressivité.

 

Quelle est la chose la plus importante que vous ayez appris au fil des ans?

Je ne fais pas de la photographie depuis très longtemps. Cela dit, la chose la plus importante que j'ai appris, c'est que dans la photographie comme dans la vie, le respect d'autrui et la vérité sont des valeurs importantes.

Je suis papa de 2 petites filles, je travail au quotidien pour être une bonne personne. J'ai envie de leur transmettre l'image d'un papa vrai, qui ne triche pas.

 

Quels sont vos projets futurs ou que pouvons-nous attendre de vous?

Dans les prochains mois, je vais me lancer dans la création de nouvelles séries photographiques, j'ai à coeur de développer un travail photographique dans la direction artistique plus poussée.

J'ai pour projet de poursuivre ma série Mode Ethnique, j'entame une série de nus landscape qui va durer tout l'été. Un roadtrip dans 10 villes de France est en préparation. Enfin, j'aimerai créer de nouvelles photographies alliant les codes de la mode dans un univers plus "fétichiste artistique".

 

Que recherchez-vous dans les modèles avec lesquels vous travaillez?

Pour moi, le physique n'est pas le plus important. Ce que je recherche chez une modèle, c'est surtout l’émotion qu'elle dégage.

J'essaye, autant que possible, de coller à son univers.

Je recherche également à se qu'une forme de confiance se créée avec mes modèles. Ils doivent suffisamment me faire confiance pour se laisser guider. Je suis également preneur de propositions.

 

Que pensez-vous de notre nouveau magasine?

Votre magasine m'a fait l'honneur de réaliser cette interview. Cela me touche d'autant plus que vous en avez réalisé avec des photographes dont j'admire le travail. Vous permettez de mettre en avant le travail de photographes, par des questions pertinentes qui permettent aux gens de comprendre nos démarches. Votre magasine est source de motivation et je vous en remercie.

 

Avez-vous un message au monde de la modélisation?

Si je pouvais m'adresser aux acteurs de la mode, stylistes, mannequins, make up, magasines..., je leur demanderais surement de me donner les outils pour m'exprimer, créer ensemble et partager nos compétences pour avoir une vision commune et créer des images puissante.

 

https://www.facebook.com/mathieuboutin.photographer

Interview: Winner of the month Mathieu Boutin (France)